Maroc, chevaux et randonnée

Bonjour à tous, vous souvenez-vous de cet article? https://mokingjay.org/essaouira/ Il date du mois de juillet. Il n’a pas eu de suite, je me suis un peu perdue dans de nombreuses activités idiotes et totalement insensées. J’ai voulu croire en l’Humain (pourtant je sais que c’est illusoire) et je me retrouve aujourd’hui à bout de forces et malade, coincée chez moi avec fièvre, courbatures et antibiotiques…. poussée hier à voir un médecin. J’ai toujours dit qu’il est inutile d’insister quand quelque chose ne fonctionne pas. A croire que j’ai vraiment une tête de mule 😛

Le Maroc, pays de la randonnée
Le Maroc, pays de la randonnée

Par esprit de famille, j’ai eu pour idée de retourner m’installer en Bretagne. Finalement je n’y serai pas la bienvenue et de plus, je ne supporte pas le climat trop peu ensoleillé. C’est une terre Celte qui sera porteuse de mes racines à tout jamais, mais il est temps pour moi de découvrir d’autres lieux, d’autres cultures, de nouveaux paysages et d’être moi-même avec mon sac à dos, mon cheval, ma lampe frontale et ma tente de bivouac. Ma dernière randonnée plaisir date de plus d’un an https://mokingjay.org/randonne-en-hiver/ et l’année 2017 est à classer dans le fond de la cave : j’ai mal vécu. Un éternel conflit (dont l’origine remonte au début du XXème siècle et n’a rien à voir avec moi) dont je continue à assumer les frais de procédure m’a fait perdre mon travail et Khoutûre Factory a fermé ses portes. Binôme a aussi perdu son travail et s’est perdu dans une folie qui semble contagieuse. Dommage, 2017 : année de merde!

Faire de la randonnée à cheval au Maroc
Faire de la randonnée à cheval au Maroc

Si vous aimiez mes créations, sachez que je reprends cette collection d’inspiration Marocaine avec l’Association Shop With Arts https://www.facebook.com/Shop.With.Arts/

Place au soleil, au plaisir de créer, aux randonnées sauvages, à la couture et j’ai des surprises à partager. Bienvenus

 

Bullet Journal pour tout le monde

Bullet Journal, Bujo, toute une histoire, j’ai essayé sans vraiment comprendre l’intérêt de ce carnet-journal-agenda et il s’est vite retrouvé dans un coin, complètement oublié.

Bullet journalJe l’ai regardé comme un journal de femmes et on a beau dire ce qu’on veut, nous n’avons pas les mêmes attentes d’un Bujo. Enfin si, nous avons la même attente mais je ne m’en étais pas rendu compte… et c’est quand je me suis rendu compte que j’étais toujours à la bourre, que j’omettais des tâches  (involontairement, si, si, je vous assure !!!) qu’il serait judicieux que je note ce que j’ai à faire, ma « to do list » et j’ai repensé à mon Bujo. Je me suis penché un peu mieux sur l’affaire, je l’ai ressorti,  je l’ai dépoussiéré et en fait, il me sert à tout… j’y écrit mes articles avec les dates, les idées qui me passent par la tête, ce que j’ai à faire (même ce qui ne me plait pas), des résumés de journées et ça me fait des souvenirs.

En fait, les fleurs et beaucoup de couleurs en moins, il ressemble à tous les bujos féminins. Allez, j’avoue, je me laisse aller à un peu de déco quand même pour éviter la tristesse du noir et blanc.

Femmes, hommes, je vous le conseille à tous, ça simplifie la vie, plus de post-its à droite à gauche, plus la tête comme un cabanon pour être sur(e) de ne rien oublier et courir dans tous les sens. Tout est noté comme vous le voulez selon vos priorités.

A la maison écologique, on adhère tellement au Bullet journal qu’on les fait maison désormais et pour tous les goûts, il suffit de demander.

Le Bullet Journal HappiNess Therapy®

J’ai un petit secret 😉 et j’ai commencé à en parler sur cet article. En décembre 2001, le petit bonheur que je m’étais construit s’est totalement effondré. En à peine 3 semaines, je m’étais totalement perdue dans ce qui me semblait être une insurmontable souffrance. Dépression, anorexie restrictive grave, agoraphobie…….. hospitalisations à répétition. Un psychiatre m’a clairement dit « vous ne vous en sortirez jamais! ».

Et pourtant… Les réelles sorties d’anorexie sont très rares. En général, une sorte de chronicité s’installe avec une dépression sous adjacente……et c’est bien entendu le risque vital qui est en jeu. On vous dira que c’est une maladie? On vous affirmera que c’est un trouble de l’image et de l’alimentation! Vous rencontrerez des « spécialistes » (psychiatres, nutritionnistes…). On vous prescrira tellement de traitements psychotropes que vous passerez par tous les diagnostiques psychiatriques disponibles (ça varie selon la tendance : actuellement le bipolaire et le borderline sont légion).

La réalité, c’est que ces « spécialistes » ne savent absolument rien du tout et que ça les tourmente 😉 Quand j’ai réalisé tout ça, maigre comme un clou, je me suis ré-inscrite en faculté : Licence puis Master 1 et Master 2 de psychologie clinique et psychothérapie. Je n’ai même pas parlé d’anorexie dans mon mémoire de Master. « Étude et prévention des violences en milieux scolaire – La communication par l’art ».. Parce que quelle que soit l’addiction, c’est ce qu’on appelle l’arbre qui cache la forêt.

J’ai retrouvé mes carnets en cherchant du tissu. C’était probablement le bon moment pour prendre conscience des raisons qui m’ont amenées à une telle conduite suicidaire. Je vais partager avec vous l’histoire d’un retour à la vie 😉

Je continue à fabriquer des carnets pour financer l’association. Vous les trouverez dans notre boutique https://sarouels-equitation.fr/596711-le-bullet-journal-happiness-therapy-aromatherapie-lithotherapie-coach-sante-et-bien-etre.html