Je voudrais une vie à moi

Depuis toujours, je suis ce que l’autre attend de moi. Je n’ai pas été enfant, je ne m’en souviens pas. Je me demande si j’ai été aimée pour moi. J’ai satisfait les désirs de mes parents et j’ai été une « thérapeute » du couple de mes parents. J’ai été là bonne copine toujours là pour les autres. J’ai tout fait pour mon mariage, pour mes enfants…

Doit on d'oublier pour les autres?
Doit on d’oublier pour les autres?

J’ai arrêté de travailler pour que mes filles aient l’enfance qui m’a tant manquée. Où sont elles maintenant ? Pas un mot, même pas un signe pour les « fêtes ». Elles n’ont plus besoin de moi.

J’ai été très active pour une association d’aide aux victimes de viols, de troubles alimentaires, d’addictions de toutes sortes. Je regarde parfois les photos et les lettres de toutes ces filles qui venaient chercher de l’aide chez moi. Aucune n’a jamais donné de nouvelle… même si certaines sont dans mes « amies » Facebook. Elles n’ont pas un mot gentil et quand elles m’envoient un message, c’est pour demander de l’aide. Et ma « meilleure amie »…je crois que c’est le plus douloureux. Était elle vraiment mon amie ? Quand j’ai eu besoin d’aide, elle m’a dit que je ne pouvais pas venir chez elle. Depuis, elle ne s’est pas inquiétée de ma situation.

Les soins de Destin, été 2017
Les soins de Destin, été 2017

J’ai fait les soins de ce cheval cet été. Matin et soir, j’ai soigné sa blessure et nettoyé son box. J’ai recousu sa couverture pour que les mouches ne collent pas à sa plaie. Mais je ne l’ai pas revu. J’ai été virée sans aucune explication…et je n’ai plus accès à aucun centre équestre sans réellement comprendre pourquoi. Ça m’attriste.

David
David

Et il y a cet homme. Il a promis de prendre soin de moi. Mais les actes ne suivent jamais. Il a besoin de moi pour mon aide et mon amour inconditionnel mais il n’est pas là pour moi. Il ne me protège pas, ne m’aime pas, ne me respecte pas. Au dehors tout le monde le voit gentil et presque attentionné mais l’envers du décor est loin de ce qu’il montre.

Je voudrais une vie pour moi. Même seule, je pourrai avoir un peu d’énergie pour prendre soin de moi. J’ai des rendez vous demain matin. Je vais encore prendre sur moi. Pauvre monde égoïste !

Kitty
Kitty

Kitty fait des câlins. Elle ne demande pas grand chose. Elle aime être avec moi. Encore cette nuit, je reste dans le canapé avec mes chats. Je n’ai pas vécu pour moi, j’ai tout donné. Un seul regard m’aurait suffit. Mais je suis inexistante…

Le Bullet Journal HappiNess Therapy®

J’ai un petit secret 😉 et j’ai commencé à en parler sur cet article. En décembre 2001, le petit bonheur que je m’étais construit s’est totalement effondré. En à peine 3 semaines, je m’étais totalement perdue dans ce qui me semblait être une insurmontable souffrance. Dépression, anorexie restrictive grave, agoraphobie…….. hospitalisations à répétition. Un psychiatre m’a clairement dit « vous ne vous en sortirez jamais! ».

Et pourtant… Les réelles sorties d’anorexie sont très rares. En général, une sorte de chronicité s’installe avec une dépression sous adjacente……et c’est bien entendu le risque vital qui est en jeu. On vous dira que c’est une maladie? On vous affirmera que c’est un trouble de l’image et de l’alimentation! Vous rencontrerez des « spécialistes » (psychiatres, nutritionnistes…). On vous prescrira tellement de traitements psychotropes que vous passerez par tous les diagnostiques psychiatriques disponibles (ça varie selon la tendance : actuellement le bipolaire et le borderline sont légion).

La réalité, c’est que ces « spécialistes » ne savent absolument rien du tout et que ça les tourmente 😉 Quand j’ai réalisé tout ça, maigre comme un clou, je me suis ré-inscrite en faculté : Licence puis Master 1 et Master 2 de psychologie clinique et psychothérapie. Je n’ai même pas parlé d’anorexie dans mon mémoire de Master. « Étude et prévention des violences en milieux scolaire – La communication par l’art ».. Parce que quelle que soit l’addiction, c’est ce qu’on appelle l’arbre qui cache la forêt.

J’ai retrouvé mes carnets en cherchant du tissu. C’était probablement le bon moment pour prendre conscience des raisons qui m’ont amenées à une telle conduite suicidaire. Je vais partager avec vous l’histoire d’un retour à la vie 😉

Je continue à fabriquer des carnets pour financer l’association. Vous les trouverez dans notre boutique https://sarouels-equitation.fr/596711-le-bullet-journal-happiness-therapy-aromatherapie-lithotherapie-coach-sante-et-bien-etre.html

 

#Alcool, drogues et troubles alimentaires

Alcool, drogues et troubles alimentaires

Hello everybody! Oui, oui, c’est bien moi, Annawenn, qui pousse son petit coup de gueule ce soir. Je suis dépitée, désespérée, parfois dubitative et trop souvent écœurée par ce p** de système dont je m’écarte le plus possible mais qui malheureusement, fait tourner le monde. Pis bon, il y a des élections cette année et je ne vois qu’une course carriériste d’une belle bande de guignols ignorants la définition du mot : “démocratie”. J’ai vraiment très envie de hurler Place de la Bastille…….mais j’habite un village de moins de 900 habitants et je devrais m’en tenir à une grève de la faim sur la place de la Mairie de la ville la plus proche….pour des vérités que personne n’a envie d’entendre. Pauvre Damien Saez, tu m’étonnes qu’il fasse de la dépression : il compose des textes qui devraient faire réfléchir, et ben NON! Du coup je vais faire mon sac et partir en randonnée au milieu de nul part. C’est probablement la seule liberté encore possible (pas pour longtemps, on va bien pondre un problème phytosanitaire à la va-comme-j’te-pousse).

L’ai de rien, j’en ai assez chié ma race pour me sortir de l’anorexie et de tout ce qui fait effet “mode” dans la vie Parisienne. Je n’accuse personne, entendons nous bien : chacun est responsable de lui-même……mais……..en connaissance de cause. C’est aussi une liberté que de mettre sa vie en danger, de jouer avec la santé mentale et physique sans entrainer les autre, n’est ce pas? Allez, je vais prendre le premier exemple qui me vient à l’esprit : la TELEVISION! C’est l’arme de guerre par excellence de ce système. Ca fait de nombreuses années que j’ai viré cette chose de chez moi. Malheureusement, BFM TV semble être LA VERITE ABSOLUE en matière d’informations (non, je n’ai jamais regardé cette chaîne, j’ai simplement constaté ses effets) : ok, visiblement ce truc atteint sérieusement la santé mentale et rend paranoïaque,  négatifs, gris… Super! Pendant que vous regardez partout autour de vous pour vous protéger d’un djihadiste, votre cher gouvernement passe des lois avec le fameux 49/3 en toute impunité.

Sincèrement, ça me scotche de constater qu’on abandonne totalement ce pour quoi nos grands-parents se sont battus pour un truc totalement sur-réaliste. Demandez-vous simplement à qui profitent ces attentats……. alors?

Bref, je m’éparpille. Quoi que, pas tant que ça. Le must quand je fréquentais encore les soirées Parisiennes, c’était les benzodiazépines au champagne. Mais non messieurs dames, je n’étais ni alcoolique, ni droguée et tout allait super bien. C’était festif, voilà tout. Alors je reprends en mieux : faire des soirées pétillantes fait partie de la liberté de chacun, mais soyons conscient que c’est toxique : jetez un rapide coup d’œil sur les rapports de l’OMS concernant l’alcool et prenez conscience de l’impact d’une seule dose d’alcool sur la santé. L’alcool est classé dans les drogues dures. Il a le même effet sur les synapses que la cocaïne. Et j’ai vu ça au scanner quand j’étais étudiante en psychologie : ton cerveau en prend un sal coup alors que tu te sens tout à fait bien et pas du tout addictif à quoi que ce soit.

Les grandes surfaces, j’y fiche plus mes pieds non plus mais……..vous rendez-vous compte des rayonnages divers et variés d’alcools en vente libre que vous mettez dans le même caddie que votre jambon? Donc, c’est une drogue dure mais on en vent à tout va? Bah oui, parce que ça rapporte beaucoup de pognon qui tombe toujours dans la poche du même groupe qui vous “informe” sur BFM TV.

La progression dans le temps est l’une des caractéristiques majeures de cette addiction. L’usage sans dommage (appelé usage simple) précède l’usage à risque et l’usage nocif (sans dépendance), puis enfin la dépendance. L’alcool est une substance psychoactive à l’origine de cette dépendance mais elle est également une substance toxique induisant des effets néfastes sur la santé. L’alcoolo-dépendance est à l’origine de dommages physiques, psychiques et sociaux. Les effets de l’alcool sur la santé sont nombreux. La consommation d’alcool, principalement sous forme de boisson, est impliquée à des degrés divers dans plus de 200 problèmes de santé différents. L’alcool (ou éthanol) peut en effet agir sur de nombreux organes par des mécanismes toxiques, ainsi que sur le cerveau, entrainant une dépendance. (A lire….ICI)

J’entends déjà les répliques : “donc Annawenn, tu ne consommes jamais d’alcool?” – Et bien non, je n’ai pas écrit ça. Mais je suis consciente de ce que je fais. Alors au final, j’ai trouvé ça crétin (me concernant) de faire un jardin bio, d’avoir des chevaux, de vivre en pleine nature…..si c’est pour détruire les neurones dont j’ai besoin pour “faire comme tout le monde”. Je bois surtout de l’eau (filtrée) et du thé. En plus, l’alcool, c’est vachement calorique!!!!!

Je passe au cannabis? Parce que j’entends une forte demande de dépénalisation de cette drogue. Beaucoup de schizophrénies ont pour origine un mauvais délire lié à cette drogue. Et juste pour une fois! Du coup, je vais bien vous surprendre d’accord que je suis sur la dépénalisation. Nous sommes libres. Nous ne sommes pas sous la tutelle du système et du coup, libre à chacun de cultiver et de fumer du cannabis. Mais, en connaissance des risques – genre tu viendras pas râler après si t’es malade, hein? Et t’es pas là non plus pour engraisser le système parce que tu vas payer XX€ par pied que tu as chouchouté au fond du potager. Encore une fois, à qui ça profite tout ça? (Effets du cannabis)

Pour la cocaïne, je vous assure que c’est “IN” dans certains milieu et de bon ton quand on reçoit, tout comme le “bon” vin…….ok, avant le vin il vieillissait en fût de chêne…..maintenant il macère dans de l’inox, ça change la donne non? Donc cette cocaïne festive rend bien service au fameux système. Pendant que vous cramez votre cerveau, ils sont tranquilles, vous ne vous révoltez pas.

Conclusion : je suis pour la liberté lucide Tire la langue . Je n’ai rien bouffé pendant de très nombreuses années en étant très fière de moi…..les autres étaient grosses et faibles….c’est con dit comme ça hein? N’empêche que j’ai bien joué avec ma vie, ma santé et par conséquent sur celle des autres. Sincèrement, ça m’arrive encore. Je connais l’origine de tout ça, parfois, ça me rattrape, je fais avec. Mais alors loin de moi l’idée de prôner la minceur. Les régimes sont encore un truc qui fait tomber la tune dans les poches….des mêmes que plus haut. Si vous martyrisez votre corps, demandez-vous ce qui vous pousse à agir, vous engagerez une réflexion qui, si elle ne vous fait pas forcément du bien, ne sera au moins pas nocive non plus.

A vos commentaires, lâchez-vous, mais sans insulte d’accord? Je suis allée chercher un complément d’équipement de survie (en cas de nuit de bivouac par moins 10°C) pour mon prochain départ. J’ai besoin d’air, d’espace, de déconnecter, de vie, de liberté. Bisous, bisous <3<3<3