Le Bullet Journal HappiNess Therapy®

J’ai un petit secret 😉 et j’ai commencé à en parler sur cet article. En décembre 2001, le petit bonheur que je m’étais construit s’est totalement effondré. En à peine 3 semaines, je m’étais totalement perdue dans ce qui me semblait être une insurmontable souffrance. Dépression, anorexie restrictive grave, agoraphobie…….. hospitalisations à répétition. Un psychiatre m’a clairement dit « vous ne vous en sortirez jamais! ».

Et pourtant… Les réelles sorties d’anorexie sont très rares. En général, une sorte de chronicité s’installe avec une dépression sous adjacente……et c’est bien entendu le risque vital qui est en jeu. On vous dira que c’est une maladie? On vous affirmera que c’est un trouble de l’image et de l’alimentation! Vous rencontrerez des « spécialistes » (psychiatres, nutritionnistes…). On vous prescrira tellement de traitements psychotropes que vous passerez par tous les diagnostiques psychiatriques disponibles (ça varie selon la tendance : actuellement le bipolaire et le borderline sont légion).

La réalité, c’est que ces « spécialistes » ne savent absolument rien du tout et que ça les tourmente 😉 Quand j’ai réalisé tout ça, maigre comme un clou, je me suis ré-inscrite en faculté : Licence puis Master 1 et Master 2 de psychologie clinique et psychothérapie. Je n’ai même pas parlé d’anorexie dans mon mémoire de Master. « Étude et prévention des violences en milieux scolaire – La communication par l’art ».. Parce que quelle que soit l’addiction, c’est ce qu’on appelle l’arbre qui cache la forêt.

J’ai retrouvé mes carnets en cherchant du tissu. C’était probablement le bon moment pour prendre conscience des raisons qui m’ont amenées à une telle conduite suicidaire. Je vais partager avec vous l’histoire d’un retour à la vie 😉

Je continue à fabriquer des carnets pour financer l’association. Vous les trouverez dans notre boutique https://sarouels-equitation.fr/596711-le-bullet-journal-happiness-therapy-aromatherapie-lithotherapie-coach-sante-et-bien-etre.html

 

Voilà, c’est fini 😥

17:35, dimanche. Ce fut un weekend très ensoleillé et certainement bien agréable. Moi, j’ai encore perdu deux jours de ma vie. Pourtant j’avais de beaux projets.

Hier j’avais prévu de faire du roller autour du lac du Ternay. J’aimais ce lieu il y a bien longtemps. Aujourd’hui c’est un reste cassé de la vie de merde de mon quotidien. Mais c’est le seul endroit où faire du roller. Mais je n’y suis pas allée. Je vis avec la personne qu’il ne me faut pas : voleur, menteur, drogué, manipulateur, malhonnête. Je ne recommande pas. Il a pourri la journée, m’a pris 10€ pour acheter du tabac. Mais il m’a dit qu’il s’était acheté à manger.

Je ne l’ai pas laissé revenir chez moi. Il est resté dehors et j’ai bloqué sa ligne de téléphone. 

Je voulais aller en randonnée avec Ganesh pour me faire plaisir aujourd’hui. J’avais bien dormi. Mais il y a sa pouliche avec mon cheval. Je lui ai demandé de la bouger. Mais non. Quand je suis arrivée, il était là. Et il m’a suivi…….pour Gâcher cette nouvelle journée. 

Il m’a suivie avec ses lamentations, ses demandes. Il n’a eu aucun mot pour moi. C’est d’ailleurs là que j’ai appris qu’il avait claqué mes 10€. Quand tu veux réparer quelque chose, tu prends éventuellement deux croissants, non?

Il mentait, je lui ai fait vider son sac et ses poches. Paquet de tabac, feuilles mais rien à manger. J’ai jeté le tabac…. j’étais tellement fatiguée, triste. Il a gratté le tabac que j’avais étalé sur la terre.

C’est son sens des priorités, la drogue d’abord. Il avait aussi encore de la drogue dans son portefeuille. Il m’a coincée dans cette maison pourrie en me faisant des promesses qu’il n’a jamais tenu. Je ne sais pas quoi en faire. Il a éparpillés les comptes et c’est du grand n’importe quoi.

Il a détruit ma vie. C’était déjà le weekend dernier et je lui ai laissé une chance. J’ai eu tort. Il a baratiné un semblant d’explication pour que j’ouvre ma porte. Il n’a tenu aucune promesse. À cause de l’ambiance, je n’ai pas vu Ganesh qui partait brouter… heureusement, la longe a cassé sinon Ganesh aurait pu se tuer.

Dans tout ce qu’il m’a dit, il n’y a aucun remord, aucune remise en question, rien. Je suis à bout de nerfs. Je suis rentrée seule. Et je ne sais pas si je me relèverai cette fois….

#La fille du train

Parce que j’ai envie de revenir à des discussions qui sont commentées par les publicitaires politiques, parlons cinéma. Je lance aussi une petite idée dans mon projet zéro déchet et consommation raisonnée. Et si nous cousions nous-même notre dressing 2017, ça vous branche? Je vous fais les tutos, les explication détaillées, les vidéos et vous choisissez vos matières : tissus bio, récup….. Pour les intéressées, laissez simplement vos idées en commentaire Clignement d'œil

La Fille du train (The Girl on the Train) est un film américain réalisé par Tate Taylor, sorti en 2016.

Il s’agit de l’adaptation du roman du même nom de la romancière britannique Paula Hawkins (2015), l’histoire ayant été transposée de Londres à New York.

Dernièrement, j’ai rédigé un article sur les addictions. Figurez-vous que suite à ce post, j’ai un film à vous conseiller. Un film particulièrement étrange et vous ne saurez qu’à la fin pourquoi je l’ai lié à l’article sur les addictions. Franchement, ce n’est pas du tout la raison de mon choix pour ce film. J’avais envie d’un thriller avec du suspens et je suis tombée sur cette bande annonce. Pour les amateurs et si vous n’aviez rien de prévu ce soir (parce que moi en fait, j’ai un truc à faire – ok, tout le monde s’en fiche).

Synopsis et détails (Interdit aux moins de 12 ans)

Rachel prend tous les jours le même train et passe tous les jours devant la même maison. Dévastée par son divorce, elle fantasme sur le couple qui y vit et leur imagine une vie parfaite… jusqu’au jour où elle est le témoin d’un évènement extrêmement choquant et se retrouve malgré elle étroitement mêlée à un angoissant mystère.

Titre original

The Girl On The Train

Distributeur Metropolitan FilmExport

Récompenses 2 nominations